• antoinevalle

Lionel Vial, docteur en biochimie et spécialiste de la propriété industrielle

Dernière mise à jour : 28 août 2021

Lionel Vial, conseil en propriété industrielle, se destinait initialement à un parcours très scientifique. Après une prépa, Lionel intègre l'École normale supérieure de Cachan(Paris-Saclay aujourd'hui). À l'issue de cette formation, il réalise une thèse en biochimie au sein de l'École Polytechnique. Fraîchement diplômé, Lionel souhaite pourtant trouver un compromis entre la science et l'entreprise. Ayant des opportunités en propriété industrielle, il se retrouve vite propulsé dans le métier du conseil.





Un parcours atypique


Bénéficier d'un tel parcours fut un plus pour se faire recruter lors de ses premières expériences. En revanche, aussi singulier soit-il, cela ne l'aura pas spécifiquement aidé à développer davantage sa propre clientèle. S'il lui arrive d'évoquer ses connaissances scientifiques, et de croiser des anciens de l'ENS, il ne s'est pas senti privilégié.

Dans un premier temps, Lionel a d'abord entrepris d'être ingénieur brevet, en tant que collaborateur au sein de cabinets de propriété industrielle de premier plan. Attiré par l'entrepreneuriat, il crée ensuite son propre cabinet.


Fonder et entretenir son réseau


Lionel nous confie avoir développé plus de rigueur et de contrôle lorsqu'il était collaborateur. En effet, envoyer un document au client demande une rigueur majeure, pour éviter tout manquement et garantir une bonne image au cabinet.

Gagner en indépendance lui a imposé de développer seul sa propre clientèle. Multiplier les occasions de contacts et de rencontres est la clé. Lorsqu'on se lance, il ne faut jamais refuser un déjeuner selon lui, et ne pas hésiter à se rendre sur des salons ou à des conférences. Ill faut aussi s'armer de patience. Les dossiers ne tombent pas du ciel, et il convient d'entretenir durablement son réseau.Antoine Valle, fondateur du cabinet de recrutement Rinnovo, ajoute que fonder sa clientèle est similaire à chercher un emploi. Cela peut prendre du temps, et même hors recherche il est important d'entretenir son réseau.


Vers un nouvel horizon


Bien que reconnu dans ses spécialités des Sciences de la Vie, Lionel a récemment pris une décision majeure, rejoindre le cabinet Bardehle Pagenberg. Si son cabinet a connu une belle ascension, Lionel Vial a voulu passer un cap. Cette association entre conseil de propriété intellectuelle (CPI) et cabinet d'avocat promet une belle croissance. Si ce changement donne un souffle nouveau à sa carrière, Lionel Vial continue à avoir de nombreuses casquettes lui permettant d'être en avance sur ses confrères : intervenant à Paris-Saclay, et membre actif d'un Think Tank au service de l'innovation. Être attentif aux innovations et aux nouvelles pratiques présente bien des avantages pour se faire connaître. Le métier a radicalement changé ces 15 dernières années, et notamment au vu du développement des réseaux sociaux. Ces nouveaux médias aident à la promotion des activités.

Un recruteur attentif à la personnalité


Quand Lionel Vial doit se muer en recruteur, il est attentif aux personnalités. Si être a minima diplômé importe, il s'attache davantage à la personnalité aujourd'hui. Il recherche des personnes motivées, qui sauront faire preuve d'implication au sein de son cabinet. Pour attirer les meilleurs candidats, le cabinet communique sur ses attentes, ses exigences et donne le détail des profils recherchés.


Se démarquer d'une brillante concurrence


Son domaine d'activité, les sciences de la vie, a considérablement évolué et connaît aujourd'hui plus de cabinets actifs. Ses confrères réalisent tous un excellent travail C’est la qualité de sa relation avec ses clients qui fait la différence. Lionel Vial est proactif. Il trouve des solutions. Le client demeure le premier prescripteur, il ne faut donc pas prendre à la légère la relation avec lui et s'investir. Le cabinet de Lionel multiplie par ailleurs les canaux pour se faire connaître, notamment au travers de son think tank l'Institut Stanislas de Boufflers, ou de ses relations avec ses confrères.


Aller à la rencontre de Lionel Vial en podcast



27 vues0 commentaire