• antoinevalle

Cyril de Villeneuve : chef de file des legaltech


Directeur général de Gino Legaltech et coordinateur de 34 legaltech membres de France Digitale, Cyril de Villeneuve participe activement à l'essor des start up juridiques en France. Sociétés s'appuyant sur les technologies, les legaltech sont promis à un avenir radieux. Cyril de Villeneuve revient d'abord sur son parcours puis nous dévoile de précieuses informations sur l'univers des legaltech aujourd'hui.


Un parcours résolument juridique et technologique


Issu d'une formation en école de commerce (Essca et Skema Business School), Cyril de Villeneuve développe rapidement un goût prononcé pour les sujets technologiques. Attiré également par le marketing, Cyril fait le pari de rejoindre la bulle internet alors naissante. Il réalise sa première expérience aux côtés de son ancien directeur de master au service de sa société spécialisée en marketing direct. Cyril de Villeneuve prend rapidement son envol et rejoint Wolters Kluwer en 2001. La société est alors positionnée comme l'un des leaders mondiaux de l'édition de logiciels. Deux ans plus tard, il saisit l'occasion de rejoindre Lexis Nexis. D'abord chef de produit au sein de la direction marketing, plusieurs étapes le mènent au poste de responsable “partenariats logiciels”. Cyril est alors chargé du marché des notaires et experts-comptables. Il vit un moment décisif. La profession (notaires, avocats, comptables, etc.) se modernise, abandonnant petit à petit le papier au profit du digital.

Changement de cap


Bénéficiant déjà d’un réseau important, Cyril est sollicité pour intégrer la nouvelle structure de l'avocat Philippe Ginestié. Ce précurseur des legaltech en France propose à cette époque un service d'automatisation et de gestion de contrats. Gino Legaltech permet à ses clients de générer plus de ressources, plus rapidement. Cyril de Villeneuve en profite pour rappeler ce qu'est une legaltech, à savoir : "une société qui utilise les technologies pour les appliquer au droit."


Les legaltech face à la crise


France Digital, aux côtés 34 legaltech, a récemment publié une étude mettant en exergue l'impact de la crise sur le secteur. Pour 90 % des 29 sociétés interrogées, cette époque singulière fut un accélérateur dans la digitalisation des activités de leurs clients. Ne cachant pas son enthousiasme, Cyril de Villeneuve précise que le marché se porte bien et que sa société bénéficie même d'une hypercroissance. Devant ces indicateurs positifs, notre invité nous confie que 300 recrutements seront effectués au sein de ce groupement de startup dans les 6 prochains mois. Si les legaltech connaissent un réel essor depuis environ 2016, les 29 legaltech interrogées au titre de l'étude de France Digital pèseront 100 millions d'euros en 2022 et compteront pas moins de 1000 salariés (à raison de 50 % de salariés en plus chaque année). Si ces sociétés gagnent en compétitivité, les 250 autres legaltech françaises non consultées participeront indéniablement elles aussi au développement de ce marché.


Travailler au sein d'une legaltech


Être jeune et geek n'est pas un prérequis pour être embauché au sein d'une legaltech. Cyril précise que des profils issus de domaines d'expertise variés sont recrutés chaque année. Data Legal Drive a d'ailleurs recruté l'ancien directeur juridique de Lexis Nexis. Outre les profils seniors, de jeunes développeurs spécialistes en intelligence artificielle ou en SAS sont recherchés, tout comme des juristes en mesure d'accompagner les clients en support ou en tant que conseils. Par ailleurs, les fonctions marketing telles que le business development et le marketing digital s'avèrent aujourd'hui essentielles pour contribuer à la croissance des legaltech.


Les points forts à valoriser pour travailler en Legaltech


  • Bénéficier d'une expérience dans le secteur juridique ou un attrait pour ce secteur a minima.

  • S'adapter à un environnement encore mouvant. La polyvalence constitue un atout de taille.

  • Avoir des compétences de chef de projet pour manier différentes tâches à la fois.

  • Maîtriser l'anglais pour participer au rayonnement international des legaltech.

  • Être ouvert d'esprit.

Les legaltech qui recrutent aujourd'hui :


Legalstart a annoncé vouloir recruter environ 100 nouveaux collaborateurs d'ici la fin de l'année. Data Legal Drive annonce tripler ses effectifs en 2021, et Easy Quorum lance également une belle politique de recrutement. Envie d'en savoir plus sur l'univers des Legaltech ? Sur les possibilités d'embauches ? Le cabinet Rinnovo accompagne les entreprises dans leur démarche de recrutement et aide les candidats à trouver le job de leur rêve.


Et pour en savoir plus sur Cyril de Villeneuve, c'est par ici.


30 vues0 commentaire