top of page
  • antoinevalle

La gentillesse au travail : force ou faiblesse ?

Les collaborateurs qui réussissent en entreprise sont-ils les plus gentils ? Au regard de votre expérience, ce n’est probablement pas le constat que vous avez pu dresser. En effet, la gentillesse au travail apparaît souvent comme un frein, voire une véritable faiblesse.


Dans l’esprit collectif, les salariés les plus méchants, ou en tout cas les plus habiles, les plus « sans gêne », ou les plus mal élevés, obtiennent davantage. Ils demandent une augmentation ou un poste sans hésiter quand les personnes plus discrètes n’osent pas le faire.


Néanmoins, de nombreux chefs d’entreprise placent désormais la gentillesse en tête de leurs critères de recrutement. Cette qualité, synonyme de bienveillance, participe au développement de l’intelligence collective et à la performance de leur société.


L’équipe de Rinnovo s’est interrogée sur cette notion.

  • Pourquoi la gentillesse est-elle perçue comme l’apanage des faibles, particulièrement dans le monde du travail ?

  • En quoi cette soft skill est-elle corrélée à la performance au sein des entreprises ?

  • Comment concilier management et bienveillance au travail ?

Gentillesse au travail illustrée par une main tendue vers une autre main


Gentillesse en entreprise : vous avez dit bonne poire ?


La gentillesse au travail est souvent discréditée parce qu’elle est assimilée à une forme de naïveté ou à un manque d’affirmation personnelle. D’ailleurs, la remarque Il est gentil sonne rarement comme un compliment, n’est-ce pas ? Pourtant, la gentillesse est loin de s’apparenter à l’abnégation totale et à l’oubli de soi.


Gentillesse ne rime ni avec soumission ni avec abnégation


Dans un monde du travail valorisant l’idée de compétition, la réussite va plutôt de pair avec un état d’esprit calculateur et prêt à en découdre. Gentil ou trop gentil : la limite est ténue. Avouons qu’elle est également source de crainte. Comment agiront vos collègues si vous êtes perçu comme celui qui dit oui à tout ? En étant trop gentil, un employé s’expose inéluctablement à une charge de travail supplémentaire.


Il ne s’agit donc pas d’être à la merci de vos collègues. Le fait d’être attentionné à l’égard des autres ne vous empêche en rien de vous fixer des limites et de savoir dire non. C’est pourquoi il convient de distinguer la gentillesse et la bienveillance de la sollicitude imposée.


Dans son Éloge de la gentillesse, le philosophe Emmanuel Jaffelin définit ce concept comme le fait de « rendre service à quelqu’un qui vous le demande ». Il caractérise la gentillesse comme une forme d'"empathie chaude", contrairement à la sollicitude. Cette dernière consiste à vouloir rendre service à tout prix à votre collègue sans qu’il vous l’ait demandé. Le philosophe la qualifie d'ailleurs d'"empathie brûlante".


Une connotation péjorative profondément ancrée en France


Emmanuel Jaffelin retrace l’évolution lexicale du terme gentil dans son essai. Par son étymologie latine gentilis, le mot gentil désigne le fait d’être bien né, donc d’origine noble. Son sens se teinte d’une nouvelle nuance au contact de la chrétienté. Le gentil désigne alors celui qui n’est pas chrétien.


La Révolution française accentue plus tard la dimension péjorative du terme. L’aristocratie prend fin, avec l’exécution du roi et des gentilshommes, c’est-à-dire des hommes nobles de naissance. Vous comprenez mieux pourquoi le mot gentil possède une connotation si péjorative dans l’esprit collectif.


Oui, la gentillesse a pleinement sa place dans le monde du travail


Les entreprises qui accordent une place à part entière à la gentillesse présentent des taux de turn-over et d’absentéisme extrêmement bas. Et ce ne sont pas les seuls avantages. Cette compétence douce est résolument au service de la productivité et de la performance au travail.


La gentillesse en entreprise favorise l’implication des employés


Le respect est central dans les relations entre un manager (ou un employeur) et les employés. D’après Christine Porath, chercheuse en leadership et professeure à l’université de Georgetown, les salariés qui ressentent ce respect de la part de leur supérieur sont en meilleure santé. De plus, ils restent davantage concentrés sur leurs tâches et sont moins susceptibles de postuler dans une autre entreprise. Un argument de taille dans une période où le désengagement des salariés semble parfois inévitable.


La chercheuse ajoute que la gentillesse se démontre au quotidien par une multitude de petits gestes. Ces derniers font toute la différence par l’empathie dont ils témoignent : dire merci, partager le mérite des victoires, prendre le temps d’écouter les employés, les questionner humblement, être capable de les reconnaître et de leur sourire. Ces actions sont loin d’être insignifiantes au cours de la journée, car elles favorisent des relations directes et honnêtes dans l’entreprise.


La gentillesse accroît les performances des entreprises


Le lien entre gentillesse et performance en entreprise apparaît comme une évidence dès lors que les employés s’impliquent de bon cœur dans leurs missions. Ils sont ainsi pleinement volontaires et tentent de donner le meilleur d’eux-mêmes, tout en accordant leur confiance à leur supérieur et à leurs collègues.


Les interactions entre employeur et collaborateurs durant la journée créent une sécurité psychologique, en réunion comme dans les lieux plus informels : à la cafétéria ou aux abords de la machine à café, par exemple. Chaque collaborateur se sent donc plus libre d’exprimer ce qu’il ressent sans être jugé. Une prise de contact empreinte d’empathie rassure les employés.


Dans l’une de ses conférences TED, Christine Porath donne l’exemple de Doug Conant, le dirigeant de la société Campbell Soup jusqu’en 2011. Ce dernier a rédigé à la main plus de 30 000 cartes de remerciement qu’il a adressées à ses employés. La bienveillance qu’il a su instiller au fil des années lui a permis d’accroître considérablement le chiffre d’affaires de l’entreprise, à tel point que cette dernière a obtenu le prix du meilleur endroit où travailler.


5 pistes pour allier management et gentillesse


Si l’idée de créer un climat de sécurité psychologique dans l’entreprise pour faire émerger la gentillesse est louable, le passage à l’action peut sembler abstrait. Voici cinq leviers à actionner pour allier management et gentillesse.


1 — Attribuer un référent aux nouveaux membres de l’équipe


La mise en place d’une culture de la gentillesse dans l’entreprise commence dès l’intégration des nouveaux arrivants. Ce temps d’adaptation est crucial puisqu’il doit leur permettre de prendre leurs marques dans l’entreprise et de s’intégrer dans l’équipe. En attribuant un référent aux nouveaux collaborateurs, vous leur permettez de nouer des relations de confiance plus rapidement et de prendre part aux défis à relever.


2 — Permettre à chacun de s'exprimer sans crainte lors des réunions


Le lien est essentiel pour tout être humain : le monde du travail ne déroge pas à la règle. Pour que votre entreprise soit solide, renforcez les liens dans vos équipes. Des réunions de travail hebdomadaires favorisent les discussions. Chaque salarié doit se sentir libre d’exprimer ses frustrations ou ses peurs en toute bienveillance, et sans craindre le courroux de son manager ou de son employeur.


3 — Favoriser une posture d’observateur


Le rôle d’un dirigeant ou d’un manager est d’être à l’écoute du groupe. En adoptant une posture d’observateur, vous êtes en mesure de prendre de la hauteur quant aux situations les plus épineuses. Regardez autour de vous et efforcez-vous de percevoir ce qui n’est pas formulé explicitement.


4 — Récompenser les employés pour leur implication


Une autre manière de faire émerger la gentillesse en entreprise est de rappeler que les victoires se gagnent ensemble. Récompensez les équipes pour leurs efforts. C’est une preuve directe de votre reconnaissance. Dans le podcast Le rendez-vous des talents, Romain Buraud, géomètre expert et dirigeant de la société Capgéo, en donne un exemple concret.


En 2020, il a choisi avec son associé de redistribuer les bénéfices de l’année précédente à ses collaborateurs, en leur offrant une prime qui équivalait à six mois de salaire. Le succès de Capgéo ne se dément pas depuis.


5 — Créer un mur de la gentillesse, physique ou numérique


Un message d’encouragement a le pouvoir d’illuminer une journée de travail. Réservez un mur au sein de vos locaux pour y afficher vos encouragements et dire tout le bien que vous pensez des salariés.


En donnant cet exemple, vous encouragez les managers et l’ensemble des salariés à faire de même. Vos équipes travaillent en flex office ou en total remote ? Ce mur de la gentillesse peut être dématérialisé et apparaître dans votre QG numérique. Vous pouvez même en faire une activité pour réussir votre prochain team-building.


La gentillesse est définitivement une force dans les entreprises. Les philosophes et les chercheurs en font sans cesse la démonstration et les chiffres prouvent que cette dernière a un impact direct sur les performances d’une entreprise. Misez sur la gentillesse ! Rinnovo vous accompagne dans le recrutement de vos futurs talents.

312 vues0 commentaire
bottom of page