top of page
  • antoinevalle

Comment devenir avocat une fois le bac en poche ?

La justice et le droit vous passionnent ? Vous rêvez d’exercer un métier stimulant, avec des perspectives de carrière variées ? Vous avez obtenu le bac ou êtes en train de le préparer, et vous vous demandez comment devenir avocat ? Vous êtes au bon endroit.


Si la profession séduit toujours autant, le parcours qui y mène demande de la rigueur et une bonne dose de persévérance. Avant de pouvoir enfiler la robe et de plaider, un cursus universitaire vous attend, suivi d’une formation initiale en école d’avocats, sanctionnée par l’obtention du Certificat d’Aptitude à la profession d’Avocat (CAPA). Découvrez notre guide pour y voir plus clair !


Etudiant se demandant comment devenir avocat et se renseignant à la bibliothèque


1 – Faire le point sur ses compétences et aptitudes


Avant de vous engager dans des études de droit, renseignez-vous car si elles offrent des débouchés nombreux (Claude Lévi Strauss était juriste !), il est quand même préférable d'avoir envie d'exercer une profession juridique.


Prenez le temps de vous pencher sur vos compétences et aptitudes actuelles. Ce premier pas est essentiel pour évaluer votre adéquation avec le métier d’avocat et mettre le doigt sur les points que vous pourriez améliorer avant d’intégrer une fac de droit.


Les principaux talents nécessaires pour devenir avocat portent sur :

  • Le sens de la justice. Un avocat est avant tout un auxiliaire de justice qui a une déontologie forte ; il doit prêter serment avant de s’engager dans la profession : « Je jure comme avocat d’exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité. »

  • La discrétion. Des règles éthiques régissent la profession d’avocat, ce qui implique de maintenir la confidentialité des communications et des informations sensibles liées aux affaires juridiques.

  • Le sens du contact. Cette compétence reste incontournable pour collaborer efficacement avec d’autres professionnels du droit, négocier et représenter des clients. Les avocats dotés d'un bon sens du contact savent créer un climat de confiance et rassurer leurs clients.

  • La communication écrite et orale. L’aisance rédactionnelle et orale est au cœur du métier d’avocat. Cette aptitude s’avère capitale pour rédiger des documents clairs et présenter des arguments de manière persuasive.

  • L’esprit de synthèse. Il s’agit d’être capable de condenser une somme d’informations en une présentation concise et facilement compréhensible. 

  • L’organisation. Les études et le métier d’avocat demandent une réelle capacité à tenir les délais, à gérer les priorités et la charge de travail, dans un environnement juridique exigeant.



2 – Débuter un cursus universitaire en licence de droit


Votre parcours pour devenir avocat commence à la fac. En terminale, formulez des vœux sur Parcoursup afin de rejoindre une licence de droit après l’obtention du baccalauréat. Vous y découvrirez de nouvelles matières, ainsi qu’une terminologie et une méthodologie de travail bien spécifiques durant ces 3 années.


L’objectif est d’acquérir des bases solides pour la suite de votre cursus, en assimilant les notions générales propres aux différents domaines du droit. En amont, renseignez-vous sur le programme proposé par les facultés que vous visez. De plus, sachez que vous pouvez préparer une licence combinant le droit et une autre discipline, telle que l’histoire ou l’économie.


Bon à savoir

Le fait d’avoir suivi la spécialité HGGSP (Histoire-Géographie, Géopolitique et Sciences Politiques), SES (Sciences Économiques et Sociales) ou HLP (Humanités, Littérature et Philosophie) au lycée vous donne une longueur d’avance pour aborder la première année de licence de droit avec sérénité.



3 – Poursuivre ses études en master de droit


Master en droit public, en droit de l’environnement, en droit fiscal ou en droit notarial : la liste des masters auxquels vous pouvez accéder une fois titulaire d’une licence en droit est loin d’être exhaustive. De nombreuses formations s’offrent à vous !


Bien entendu, tournez-vous vers un master généraliste (de droit privé ou public) ou un master plus spécialisé selon les appétences que vous avez développées en licence et les résultats que vous avez obtenus.


Pour vous inscrire à l’examen d’entrée au Centre Régional de Formation Professionnelle des Avocats (CRFPA), vous devez être titulaire d’un master 1 en droit. Nous vous recommandons toutefois de viser un master 2, ne serait-ce que pour vous donner toutes les chances de réussir le concours d’entrée à l’école d’avocats.


Bon à savoir

Notez que les meilleurs étudiants parmi ceux qui se destinent au droit des affaires suivent un Master 1 généraliste en droit des affaires avant de se spécialiser dans un domaine en particulier dès le Master 2. Il faut bien réfléchir au choix que vous allez faire car les recruteurs regardent ce point avec intérêt : il est handicapant, par exemple, de ne pas avoir fait de Master 2 en droit social si vous souhaitez trouver une collaboration dans ce domaine.



4 – Préparer l’examen d’entrée au CRFPA


Vous l’aurez compris : valider un master 1 ou un master 2 ne suffit pas pour embrasser une carrière d’avocat. Vous devez préparer parallèlement l’examen d’entrée au CRFPA (le fameux Centre Régional de Formation Professionnelle des Avocats). Et pour y parvenir, il ne faudra pas ménager vos efforts.


Afin d’assimiler les connaissances et la méthodologie nécessaires, inscrivez-vous dans un Institut d’Études Judiciaires (IEJ) durant votre M1 ou votre M2. Il existe également des organismes de formation privés. Certains proposent d’ailleurs des prépas estivales, associant des cours et des entraînements.


Préparer l’entrée au CRFPA est un marathon et non un sprint. Visez l’efficacité et organisez-vous. Planifiez vos révisions, en veillant à ne négliger aucune épreuve. Idéalement, constituez un groupe de travail avec des étudiants aussi motivés que vous. Vous pourrez ainsi vous soutenir, réviser ensemble et vous entraider.



5 – Réussir le CRFPA


Réussir le CRFPA conditionne la suite de votre parcours. Il s’agit en quelque sorte d’un pré-CAPA. La première phase de l’examen comporte 4 épreuves écrites d’admissibilité :


  • Une note de synthèse (5 heures), consistant à rédiger une synthèse claire et organisée à partir d’un dossier comportant une vingtaine de documents

  • Une épreuve en droit des obligations (3 heures), prenant la forme d’une dissertation, d’un commentaire d’arrêt ou de texte, ou encore d’un cas pratique

  • Une épreuve de spécialité (3 heures), lors de laquelle vous devez traiter un cas pratique ou une consultation dans votre spécialité (droit civil ou social, par exemple)

  • Une épreuve de procédure (2 heures), en rapport avec la spécialité que vous avez choisie, et dont le but est de répondre à un cas pratique ou à une consultation


Si vous n’êtes pas admissible, votre chemin s’arrête ici. Il vous faudra repasser le concours lors de la prochaine session, tout en gardant à l’esprit que vous ne pouvez pas vous présenter au CRFPA plus de 3 fois. Si vous franchissez le cap de l’admissibilité, la dernière ligne droite vous attend.


Les 2 épreuves d’admission reposent sur :

  • Un oral d’anglais (2 x 15 minutes), lors duquel vous devez rendre compte de votre capacité à saisir les enjeux d’un texte ou d’un sujet en anglais et à dialoguer

  • Un grand oral (1 heure + 15 minutes + 30 minutes), le but de cette épreuve phare du concours consistant à vérifier votre culture et votre raisonnement juridiques, et d’autres compétences telles que votre aisance orale et votre aptitude à argumenter



6 – Se former pendant 18 mois dans une école d’avocats


Une fois admis au CRFPA, vous intégrez une école d’avocats afin d’y suivre une formation initiale de 18 mois. Cette dernière se compose de 3 grandes phases :


  • Des enseignements centrés sur la pratique du métier d’avocat (6 mois)

  • La réalisation d’un projet pédagogique individuel (PPI), qui repose sur un stage au sein d’une juridiction ou d’une entreprise par exemple, mais hors cabinet d’avocats d’un barreau français (6 mois)

  • Un stage au sein d’un cabinet d’avocats, dans l’un des barreaux français, ou dans un autre barreau européen (6 mois). Ce stage final constitue souvent une pré-embauche ; il est de toute façon un tremplin pour votre carrière : choisissez-le donc avec soin.



7 – Obtenir le CAPA


Le CAPA (Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat) est l’ultime examen à passer pour devenir avocat. Sans ce précieux sésame, il est impossible de vous inscrire au barreau. Le CAPA sanctionne les 18 mois de formation effectués dans une école régionale d’avocats et se compose de plusieurs épreuves :


  • Une épreuve écrite (5 heures), consistant à rédiger une consultation et un acte juridique ou de procédure

  • Une épreuve orale de plaidoirie ou de rendez-vous client (1 heure + 15 minutes)

  • Une épreuve orale portant sur le statut professionnel et la déontologie (1 heure + 15 minutes)

  • Une épreuve orale de langue étrangère (20 minutes + 20 minutes)

  • Un exposé sur un rapport de PPI (Projet Pédagogique Individuel) et sur un rapport de stage en cabinet (20 minutes + 20 minutes)


À ces épreuves, s’ajoutent des notes de contrôle continu. Notez que le taux d’admission au CAPA avoisine les 98 %.



8 – Demander son inscription au sein d’un barreau


Après de nombreuses années d’études, vous franchissez une étape cruciale. Enfin, vous êtes sur le point d’exercer la profession d’avocat. Une fois le CAPA en poche, il ne vous reste plus qu’à demander votre inscription au tableau de l’Ordre du barreau de votre choix. Vous prêtez serment à ce moment-là, ce qui vous engage à respecter les règles éthiques et déontologiques liées à la profession d’avocat : nous l’avons évoqué plus haut.



9 – Devenir avocat et suivre son chemin


Plusieurs possibilités de carrière s’offrent désormais à vous, en fonction de vos aspirations professionnelles mais la plupart des avocats fraîchement diplômés débutent leur carrière en tant qu’avocat collaborateur dans un cabinet, sous statut libéral. Ils acquièrent ainsi une expérience précieuse, sous la supervision d’avocats plus expérimentés, qui peuvent devenir de réels mentors pour progresser.


Après quelques années en tant qu’avocat collaborateur, pourquoi ne pas ouvrir votre propre affaire et devenir avocat associé ? Dans ce cas, vous partagez la gestion du cabinet et les décisions stratégiques avec les autres associés. Certains préfèrent quitter la robe, au moins ponctuellement, et aller travailler en tant que juriste dans une entreprise.



10 – Choisir une spécialisation


Une fois bien établi dans votre carrière d’avocat, vous pouvez choisir de vous spécialiser. Après quelques années, vous aurez sans doute un ou plusieurs domaines de prédilection.


Vous pouvez, si vous voulez être reconnu officiellement comme avocat spécialisé, obtenir une ou deux mentions de spécialisation.


Pour y parvenir, il vous faudra :

  • Justifier au minimum de 4 ans d’exercice dans la discipline juridique pour laquelle vous demandez une mention

  • Passer une épreuve de contrôle des connaissances


De l’inscription en fac de droit à l’obtention du CAPA, vous savez désormais comment devenir avocat et exercer la profession de vos rêves. Un parcours de 6 à 7 années d’études vous attend après l’obtention du baccalauréat, ce qui requiert de la détermination et de la persévérance. Le cabinet de recrutement Rinnovo vous souhaite d’y parvenir !

18 vues0 commentaire

Comments


bottom of page